Uncategorized

Le squelette d’un homme brisé par la roue de la torture mis au jour en Italie – Geo.fr

pvajda No Comments

⋙ Des squelettes découverts dans le Connecticut éclairent sur la vie des immigrés au XIXe siècle⋙ Deux squelettes découverts main dans la main à Modène révèlent un secret inattendu⋙ Le mystère du « lac des squelettes » continue d’intriguer dans l’Himalaya

 

Il n’existe que peu d’exemples archéologiques de victime torturées sur une roue. Cette méthode était réservée aux gens qui avaient commis les pires crimes, comme répandre la peste noire. Mais les scientifiques pensent que le jeune homme a été tué pour une toute autre raison : son apparence physique. Il mesurait 10 cm de moins que la moyenne et ses dents étaient très proéminentes. L’hypothèse est qu’il aurait servi de bouc-émissaire à la population, accusé d’être la cause de problèmes. « Cette affaire décrit pour la première fois les restes d’une victime de la roue et souligne l’importance de l’archéologie et de l’anthropologie pour reconstituer les cas de violation des droits de l’homme dans le passé », concluent les chercheurs.

 

Selon les chercheurs qui ont découvert le squelette, il s’agit du pire cas de torture jamais trouvé, comme ils le racontent au Journal of Archaeological Science. Les os des jambes et des bras du jeune homme étaient brisés de manière nette, il a également été poignardé dans le dos, avant de subir une décapitation ratée, la roue arrivant comme moyen de supplice final.

 

Des archéologues viennent de mettre au jour 57 squelettes, datant de l’empire romain au XVIe siècle. Parmi ces ossements, trouvés sous San Ambrogio Square, à Milan, un squelette se distingue particulièrement. Il s’agit d’un jeune homme, qui aurait souffert d’une mort particulièrement atroce. Des analyses radiochimiques dévoilent qu’il a vécu entre 1290 et 1430, et avait entre 17 et 20 ans au moment de son décès. Les traces de blessures et les deux boucles d’attache trouvées à côté de lui suggèrent qu’il est mort, les os brisés par la roue de la torture. Au Moyen-Age, de nombreux condamnés ont été suppliciés par ce biais. Le condamné était d’abord écartelé, avant de rester exposé sur la roue jusqu’à sa mort. Il pouvait également être torturé, attaché à la roue, qui pouvait en plus tourner.

 

Le jeune homme, qui avait entre 17 et 20 ans au moment de sa mort, a été découvert en Italie. Il s’agit, selon les scientifiques, du pire cas de victime de la roue de la torture jamais étudié.

 

 

Mongolie : mais où est donc la tombe de Gengis Khan ? – Geo.fr

pvajda No Comments

L’archéologue français Pierre-Henri Giscard s’en félicite. «Ces expéditions m’ont rendu service en éliminant des endroits potentiels, dit-il. Elles ont démontré où ne se trouvait pas la tombe.» Ce compagnon de route du paléontologue Yves Coppens, comme lui octogénaire, dirige l’Institut des déserts et des steppes, association organisant des missions scientifiques sous l’égide, entre autres, de l’Unesco. Depuis les années 1990, il traque la sépulture du chef mongol, multipliant les explorations, compulsant des milliers de documents : des comptes rendus de fouilles, mais aussi des sources d’époque – émanant d’observateurs étrangers, puisque les sources mongoles sont étrangement muettes. Il a fini par focaliser son attention sur le sommet du mont Burkhan Khaldun (dans le nord-est du pays), l’une des quatre montagnes que Gengis Khan aurait déclarée sacrée et où des rites chamaniques sont aujourd’hui encore observés.

 

De quoi éveiller l’intérêt de Marco Polo qui, à la fin du XIIIe siècle, tenta, lors de ses pérégrinations en Asie centrale, de rassembler des informations au sujet de la mort du khan («empereur»), ouvrant la voie à de nombreux voyageurs curieux et aventuriers. Après la chute du bloc soviétique, puis l’indépendance de la Mongolie en 1992, ce fut au tour des scientifiques, notamment japonais et américains, de se mettre en quête de la tombe mystère. Aucun n’a levé le secret. Certains se sont heurtés à un refus d’autorisation de fouilles des instances mongoles. D’autres initiatives ont été rapidement contestées par la communauté scientifique.

 

Gengis Khan a rendu l’âme en août 1227, alors qu’il se trouvait en campagne militaire dans le Gansu, au centre-nord de la Chine. Qu’arriva-t-il ensuite ? Mystère ! Même l’Histoire secrète des Mongols, document historique de référence (XIIIe siècle), rédigé pour la famille impériale, et chroniquant par le menu les faits d’armes du grand chef, ne contient aucune information sur son inhumation. Historiens et archéologues s’accordent néanmoins pour affirmer que sa tombe se trouve en Mongolie et a été volontairement dissimulée, afin d’assurer la tranquillité éternelle de son occupant et de décourager la convoitise des pillards. Par ailleurs, ils supposent que seuls les membres d’une lignée d’«initiés» mongols, chargés – peut-être jusqu’à nos jours – d’entretenir le culte de l’empereur, en connaîtraient la localisation. La légende, quant à elle, témoigne de l’importance de ce secret : tous les individus dont la route aurait croisé le convoi funéraire auraient été assassinés, une rivière aurait même été détournée de son lit afin de rendre l’accès à la sépulture plus difficile, et on aurait fait piétiner celle-ci par des chevaux pour qu’elle passe inaperçue…

 

En Mongolie, Gengis Khan est partout. Au beau milieu de la place principale d’Oulan-Bator, la capitale, où son imposante statue toise les passants. Sur l’étiquette de plusieurs marques de vodka. Au recto de cinq des onze billets édités par la Banque centrale mongole, depuis lesquels, moustache impeccable et regard profond, il semble continuer de veiller à la destinée nationale. Et pourtant, le grand homme est aussi étrangement absent : nul ne sait où se trouve précisément la dépouille de ce souverain vénéré qui, au XIIIe siècle, a posé les fondations du plus grand empire que la Terre ait jamais connu (à son apogée, il s’étendait de l’actuelle Ukraine à la mer du Japon). Depuis sa mort, il y a près de huit cents ans, des générations d’aventuriers et de scientifiques ont tenté de localiser sa sépulture. Et le doute subsiste encore…

 

La quête de la sépulture du plus grand empereur de tous les temps mobilise aventuriers et scientifiques depuis huit siècles. Un archéologue français clame pourtant avoir trouvé.

 

 

La jeunesse polynésienne se bat pour les coraux – Positive Outre-mer (04/07/2019) – Vidéo dailymotion

pvajda No Comments

 

Cartographie numérique: Comment interpréter la carte des gilets jaunes ?

pvajda No Comments

, elle permet de localiser les points de rassemblement dans chaque département. Le fait d’avoir choisi comme figurés des gilets jaunes est symbolique d’un accessoire automobile devenu symbole de lutte. Mais la taille disproportionnée des figurés ponctuels ne permet guère d’identifier les points précis sur la carte. Il s’agit d’une carte des points de rassemblement qui sont, semble-t-il, en même temps les points de blocage. Les gros figurés jaunes se chevauchent sur la carte (sans doute volontairement) de manière à donner l’impression que la France entière est menacée d’un blocage général. La carte utilisée pour diffuser les informations n’est d’ailleurs pas centrée sur la France métropolitaine (elle inclut aussi La Réunion), ce qui oblige à zoomer sur l’hexagone.

 

avec un API qui permet de reproduire la carte de site en site sur Internet (voir ci-dessous). Cette carte officielle compte 713 points de blocages au 13 novembre 2018. Associée au site

 

et s’est en grande partie développé sur les réseaux sociaux. Bien qu’il se veuille indépendant de tout mouvement politique ou syndical, il n’échappe pas à des formes de

 

Une révolte de la « France périphérique » prisonnière de l’automobile contre la France des centre-villes mieux desservis en transport en commun ? (source :

 

Les gilets jaunes se présentent comme un mouvement de protestation contre la hausse du prix des carburants en France. Les interprétations divergent sur la nature de ce mouvement dont il est difficile pour l’instant de tracer les contours sociologiques. On peut relever quelques expressions parmi d’autres qui permettent d’interroger les représentations et aussi les stéréotypes :

 

 

ONF – Observer les champignons

pvajda No Comments

un monde dans la forêt

See full story on ONF – Observer les champignons

what we do?

pvajda No Comments

 

La mémoire, un patrimoine à preserver

pvajda No Comments

La méthode des loci consiste à fixer dans la mémoire, une succession de lieux faisant partie d’un chemin concret que vous avez l’habitude d’emprunter.

 

Cet énorme trou noir pourrait avaler la masse de notre soleil en deux jours

pvajda No Comments

Les chercheurs estiment la taille de l’objet céleste à « l’équivalent de 20 milliards de soleils, avec un niveau de croissance de 1 % tous les millions d’années. » À l’échelle humaine, c’est un délai énorme, mais à l’échelle de l’espace, c’est une autre affaire.

il nous reste encore un peu de temps, mais surveillons

Oyonnax | Rugby : l’US Oyonnax descend, les supporters sont déçus

pvajda No Comments

Oyonnax descend

 

L’USO Oyonnax jouera la saison prochaine en Pro D2.

L’équipe du haut Bugey s’est lourdement inclinée ce samedi après-midi à Grenoble en match de barrage (22-47). Et ce en dépit du soutien de 3000 supporters qui avaient rallié en matinée le stade des Alpes.

Grenoble, le jour d’après – Top 14 2017-2018 – Rugby – Rugbyrama

pvajda No Comments

A peine l’euphorie de la victoire passée, l’heure est à la réflexion pour les dirigeants grenoblois. Tandis que leurs joueurs sont libérés et peuvent enfin goûter à des vacances bien méritées après une saison interminable, un nouveau challenge attend la direction. Celle-ci doit en effet recruter et établir un budget afin de composer une équipe qui devra être compétitive en Top 14 la saison prochaine.

Le Rugby est devenu avant tout un budget, puissions nous ne pas en arriver aux dérives du foot, il faut défendre et mettre en valeur notre rugby « de clocher », la convivialité, les troisièmes mi temps et les avant match festif avec les « autres » supporter.