Huit mots russes impossibles à traduire en français – Russia Beyond FR

Huit mots russes impossibles à traduire en français – Russia Beyond FR

pvajda No Comment
Uncategorized

En outre, cette notion aide Fiodor Dostoïevski à traduire la situation du personnage qui s’adonne à tel point à la réflexion qu’il devient capable de trouver dans son âme ce qu’elle ne contient pas ou presque pas. Ainsi, le mot exprime souvent des sentiments imaginaires, excessivement exagérés et déformés. L’une des parties des Frères Karamazov est d’ailleurs intitulée Nadryvy et traduite comme Les Déchirements.

 

Wikipedia en allemand consacre un article spécial à ce mot qui est une notion clé chez Fiodor Dostoïevski. Le grand écrivain décrit ainsi une vague émotionnelle incontrôlée qui permet à l’homme de faire ressortir au grand jour des sentiments très personnels profondément enfouis.

 

« Ce mot traduit à lui seul la platitude, la vulgarité, le dévergondage sexuel et le vide spirituel », ajoutait la professeure Svetlana Boïm de l’Université Harvard.

 

Qu’est-ce que c’est ? Vladimir Nabokov cite un exemple : « Ouvrez n’importe quel magazine et vous trouverez une image où une famille vient d’acheter un poste radio (une voiture, un frigo, de l’argenterie, peu importe). La mère lève les bras au ciel folle de joie, les enfants restent bouche bée, le benjamin et le chien se faufilent eux aussi jusqu’à la table pour jeter un coup d’œil sur le nouvel objet fétiche… et, un peu à l’écart… on peut voir, triomphant, le père, ce donateur généreux. La trivialité de cette publicité ne réside pas pas dans la fausse exagération des qualités de tel ou tel objet utile, mais dans la supposition que le bonheur peut s’acheter et que cette acquisition anoblit le client ».

 

L’écrivain russe Vladimir Nabokov, qui donnait en Amérique des cours aux étudiants slavisants, a avoué un jour qu’il ne pouvait pas traduire cette notion évidente pour chaque Russe.

 

 

Laisser une réponse